Jacquette


coututre

En 2013 à Marseille, après une carrière de 10 ans dans la communication, Julie passe son CAP couture floue et se lance avec Jacquette dans l’aventure de créatrice comme dans une seconde vie, elle tente sa chance. Jacquette était le prénom que portait sa grand-mère de qui elle tient une partie de son savoir-faire. On aime à les imaginer un temps toutes eux, côte à côte, appliquées patiemment à jouer de leurs doigts pour coudre, broder et agencer ce qui leur plaît. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle a baigné dans les travaux d’aiguille et l’amour du linge. Elle coud, brode, tricote, pique et surpique depuis toute petite, grâce au savoir-faire de sa mère tisserande et de ses grands-mères.

Son truc à elle, c’est le tissu, la mercerie ancienne et l’art de la couture.

Ce qui l’anime ? Jouer du décalé et de l’utile. Partir à la recherche de la matière première, d’abord, pour y chiner vieux matériaux qui serviront ensuite pour de nouvelles créations. Créations textiles, évidemment. Un ancien mouchoir se transforme alors en un vide poche bien élégant, un torchon Volny en coussin, elle découpe les canevas pour jouer sur son motif et le jeu de pixels, une taie d’oreiller aux motifs 1970’s en sac à linge de voyage pour urbaines organisées. C’est la matière qui l’inspire. Elle aime redonner vie à ces matériaux imbibés d’histoires.

Recycler, certainement, mais Julie ne se le permet qu’au prix de finitions soignées. Essayez d’y trouver la moindre couture et vous vous y perdrez : Julie travaille l’invisible.

Une marque, c’est aussi une façon singulière de fabriquer, reconnaissable comme une signature. Jacquette déteste les coutures visibles, comme les chutes de tissu. Elle crée sous contrainte des objets sans couture apparente, tout en coupant le minimum de tissu. Toute chute est utilisé. Elle souhaite que leur nouvelle vie ne soit pas chiffon ! Sa marque Jacquette allie son amour des vieux textiles, la récup anti-gaspi et l’esprit de détournement façon Do it Yourself.

La grande motivation de Julie est de découvrir des techniques nouvelles de couture, des trucs et astuces pour fignoler son travail et toujours perfectionner ses connaissances. Elle continue à apprendre en suivant régulièrement des cours ou en plongeant dans sa riche bibliothèque des livres et revues de patron ou histoire de couturiers.

On aime à retrouver dans ses créations la marque d’un savoir qui s’est transmis au fil des générations.

Depuis juillet 2015, Julie renoue avec sa Bretagne natale en déménageant à Saint-Nazaire où elle commence à donner des cours de couture à son domicile. En mars 2018, elle a la chance de pouvoir installer son premier « vrai » atelier-boutique au Garage, pôle créatif partagé, 40 rue des Halles. Elle s’est crée un univers de création qui lui ressemble : sa collection de tissus et de mercerie qui l’inspire et la rassure rangés dans des étagèresindustrielles, meubles anciens et fonctionnels pour les machines, une grande table de coupe pour travailler de façon ergonomique, des plantes vertes et une belle vitrine pour présenter ses créations et ses coups de coeur des amies créatrices locales.

Donner des cours de couture est une évidence pour Jacquette, la couture est une histoire de transmission et de passion.

Jacquette est aussi bénévole dans l’association Dynamo qui a pour objet la promotion de la création artisanale et artistique, des métiers d’art et de leurs savoir-faire à Saint-Nazaire et alentours. Pour ce faire, Dynamo organise des manifestations (expositions, le Garage à confettis – boutique éphémères ateliers, conférences, défilé de mode…) pour contribuer à la diffusion des créations. Ses manifestations s’inscrivent aussi dans une dynamique d’animation du centre ville de Saint-Nazaire. Elle crée aussi des liens entre les artisans et les créateurs locaux.

Jacquette est Artisan d’Art.

son univers presse  liens